fr
Select language
A Portuguese firefighter fighting a wildfire. Photo by Bombeiros.pt
06 Mar 2019

Déclaration officielle du CTIF sur la directive européenne sur le temps de travail - et son effet sur les services d'incendie

fr
Select language

Le CTIF considère depuis longtemps qu'il existe des risques d'impacts négatifs de la CMD sur l'efficacité des opérations, le recrutement et la rétention du personnel et les conditions d'appartenance au service d'incendie et de secours.

CTIF News Logo

Cet article contientla déclaration officielle du CTIF sur la CMD(en anglais, français et allemand) et ses effets sur les services d'incendie européens. Le Comité exécutif du CTIF a déjà reçu des commentaires de nos collègues américains sur la façon dont cette situation pourrait devenir une préoccupation aux Etats-Unis également, si cette directive devenait une réalité en Europe.

Les traductions en français et en allemand de ce document sont disponibles en téléchargement ci-dessous dans cet article.

Vous trouverez également en pièce jointe laprise de position française sur la DET avec une analyse détaillée de la manière dont la DET affecte nos collègues en France.

Tore Eriksson visiting the French firefighters´ association regarding the WTD and it´s effects in France.

Le président du CTIF, M. Tore Eriksson, est actuellement en visite à Paris et à la Fédération française des sapeurs-pompiers pour discuter de la situation en France en ce qui concerne la CMDT. La photo ci-dessus a été prise lors de la conférence de presse officielle du mercredi 6 mars.

Voir la vidéo de la conférence de presse de la Fédération française des pompiers diffusée en direct sur Facebook aujourd'hui sur la façon dont la CMD affecte les pompiers en France.

Directive Européenne Temps de Travail (DDETT) :Note d'information
Le CTIF considère depuis longtemps que la Directive Européenne sur le temps de travail présente des risques d'impact négatif sur l'efficacité de la distribution des secours, le recrutement et la durée d'engagement du personnel, ainsi que sur les conditions d'appartenance aux services d'incendie et de secours.
Die EU-Arbeitszeitrichtlinie :Informationsnotiz
Depuis longtemps, le CTIF s'est engagé à ce que la directive européenne sur la protection des données a des effets négatifs sur la capacité des appareils, sur la mise en place et la fixation de données personnelles et sur les dispositions relatives à la sécurité en matière de protection contre les incendies et de récupération.

Les principales préoccupations sont les suivantes :

  • La semaine de 48 heures et le travail de nuit
  • L'impact sur les travailleurs à temps partiel
  • L'impact sur les volontaires
  • La définition du temps de travail pour les pompiers et les travailleurs des services d'urgence.
  • La définition du temps de disponibilité pour les pompiers et les travailleurs des services d'urgence.
  • Le lieu où les pompiers se mettent en disponibilité
  • Le cumul des heures pour les sapeurs-pompiers qui ont d'autres emplois.
  • Responsabilités des employeurs lorsque les pompiers ont plus d'un emploi

Celles-ci ont abouti en 2015 à une délégation à Bruxelles pour rencontrer le commissaire[1], ce qui a été en partie efficace et a retardé la poursuite de l'érosion des pompiers volontaires dans l'UE. Cependant, l'année dernière, un arrêt de la Cour (cinquième chambre)[2] du 21 février 2018 dans une affaire opposant la Ville de Nivelles[3] à Rudy Matzak a suscité la consternation.

Effectivement, le pompier volontaire Matzak demandait une rémunération pour des services de piquet qui, selon Monsieur Matzak, doivent être catégorisés comme du temps de travail. La Cour a décidé qu'une personne se trouvant dans la situation de M. Matzak doit être qualifiée de "travailleur", au sens de la directive, pour lequel il a reçu une rémunération et doit être indemnisé.

La Cour a interprété, en vertu de l'article 2 de la directive WTD, que le temps de veille qu'un travailleur passe à son domicile avec l'obligation de répondre aux appels de son employeur dans un délai de 8 minutes, ce qui restreint très sensiblement les possibilités d'exercer d'autres activités, doit être considéré comme du "temps de travail".

Cette décision a suscité la réaction du Sénat français qui a contacté le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker[4] pour lui dire que si elle était appliquée en France, elle saperait complètement leur système national de sauvetage et de réponse aux crises. Elle a également suscité un nouveau cycle de discussions entre les dirigeants des fédérations de pompiers en Autriche, en Belgique, en France, en Allemagne et au Luxembourg, ainsi que lors de la réunion de la Commission du CTIF Europe à Bruxelles le 18 novembre 2019.

La stratégie du CTIF Europe consiste actuellement à publier une note d'information à l'intention de tous les États membres de l'UE, car, comme cela a été identifié lors de la réunion du CTIF Europe à Bruxelles, de nombreux États membres du nord et de l'est de l'Europe n'ont pas perçu ou même prévu que la CMD soit un problème et, dans certains États membres, le cas identifié à Nivelles n'est pas transférable en raison des variations des circonstances entourant les pompiers non professionnels. Dans certains États membres, le cas identifié à Nivelles n'est pas transférable en raison de l'existence de variations dans la situation des pompiers non professionnels.

Dennis Davis

20 février 2019

La semaine de 48 heures et le travail de nuit.

En raison de la nature même des situations d'urgence, les pompiers peuvent être amenés à travailler plus longtemps que ce qui est habituellement prévu. Contrairement à un employé qui travaille dans une usine, un magasin, un local commercial ou un bureau avec des heures de début et de fin régulières, un pompier peut être amené à rester sur une situation d'urgence au-delà de ses heures contractuelles normales. Cela peut amener le pompier à renoncer à ses pauses normales ; il peut arriver que les pompiers qui travaillent de nuit ne puissent pas avoir une pause de 11 heures avant de reprendre le travail.Les cadres supérieurs des services d'incendie et de secours/services d'urgence civile considéreront toujours la santé et le bien-être des pompiers comme étant de première importance et pourront prévoir un repos compensatoire avant le début de la journée de travail suivante. Toutefois, les circonstances peuvent faire en sorte que le pompier ne soit pas en mesure de prendre un repos compensatoire.Dans le cas des pompiers qui ont plus d'un employeur, il se peut qu'ils soient appelés à intervenir en cas d'urgence pendant la nuit et qu'ils doivent ensuite se rendre à leur autre emploi le matin sans prendre immédiatement un repos compensatoire. Dans de telles circonstances, qui serait responsable de la compilation des heures travaillées, serait-ce chaque employeur individuel et, dans ce cas, comment l'employeur saurait-il combien d'heures le pompier a travaillé pour l'autre employeur.

L'impact sur les travailleurs à temps partiel.

Dans de nombreux pays européens, le Service d'incendie et de secours/Service de secours civil est composé de pompiers à temps plein et de pompiers à temps partiel. De nombreux pompiers à temps partiel ont un autre emploi qui est souvent leur emploi principal. Dans leur emploi principal, ils peuvent travailler entre 35 et 48 heures par semaine.Si les heures qui constituent la semaine de 48 heures spécifiée dans le WTD sont un maximum d'heures cumulées entre plus d'un employeur, cela limiterait ou restreindrait considérablement la capacité des services d'incendie et de secours/services d'urgence civile à recruter des pompiers parmi la main-d'œuvre générale. Il est essentiel de reconnaître que la majorité des pays européens comptent sur un service d'incendie et de secours/service d'urgence civile composé de pompiers à temps plein et à temps partiel. S'il y avait des restrictions sur le nombre d'heures qu'un pompier à temps partiel pourrait travailler en raison des heures qu'il travaille pour son employeur principal, cela aurait un impact sérieux sur l'efficacité opérationnelle des services d'incendie et de secours/services d'urgence civile à travers l'Europe et dans certains pays, cela pourrait entraîner l'incapacité du service d'incendie et de secours/service d'urgence civile à fonctionner efficacement.

L'impact sur les volontaires

Dans l'ensemble des services d'incendie et de secours/services d'urgence civile de l'UE, de nombreux pompiers volontaires constituent une partie essentielle du service opérationnel d'intervention d'urgence de chaque pays. Les volontaires peuvent travailler entièrement sans aucune forme de rémunération, certains peuvent recevoir des frais accessoires de déplacement, d'équipement personnel, etc., et d'autres peuvent recevoir une cotisation annuelle pour leur disponibilité ou une autre forme de petite rémunération. Ils sont désignés comme "volontaires" dans chaque État membre et sont considérés comme différents, en termes de contrat de travail, des employés rémunérés à temps plein ou à temps partiel. Ces volontaires auront presque certainement un emploi rémunéré à plein temps ailleurs aux fins de la directive sur le travail temporaire. Ils consacrent également une grande partie de leur temps au service local d'incendie et de secours/service d'urgence civile, notamment pour la formation, l'entretien des équipements et la réponse aux appels d'urgence. Il est essentiel que le WTD reconnaisse ces volontaires comme étant distincts de la main-d'œuvre salariée. Ces volontaires jouent un rôle similaire à celui de la personne qui dirige un club sportif local en dehors de son travail rémunéré normal ou qui dirige un groupe de scouts ou un groupe de jeunes similaire en dehors de son travail rémunéré normal. Si les heures de travail des pompiers "volontaires" sont considérées comme du temps de travail aux fins de la directive sur le travail temporaire, cela aurait un impact négatif important sur la capacité de nombreux États membres à gérer leur service d'incendie et de secours/service d'urgence civile.

La définition du temps de travail et du temps de disponibilité pour les pompiers et les travailleurs des services d'urgence

Dans de nombreux États membres, les pompiers travaillent selon un régime de service qui peut les obliger à rester à la caserne jusqu'à 24 heures d'affilée. Au cours de cette période de 24 heures, et généralement pendant la nuit, les pompiers sont autorisés à se reposer et à dormir et ne sont pas tenus de travailler, sauf s'ils doivent répondre à un appel d'urgence.Cette période pendant laquelle les pompiers peuvent se reposer et dormir est souvent appelée "période de veille". D'autres groupes de pompiers, notamment les officiers et les pompiers à temps partiel, peuvent être de garde depuis leur domicile. Nous demandons que la WTD reconnaisse la manière dont les services d'incendie et de secours/services d'urgence civile fonctionnent dans la pratique et qu'un certain degré de flexibilité soit prévu pour permettre que le temps de disponibilité ne soit pas considéré comme du temps de travail, et que la WTD reconnaisse les différences dans la manière dont les services d'incendie et de secours/services d'urgence civile fonctionnent par rapport aux pratiques d'emploi plus générales que l'on trouve dans les bureaux, les magasins, les usines, etc, Le service d'incendie et de secours est un type de lieu de travail différent où les employés ne sont pas tenus de travailler 24 heures sur 24, mais doivent être "disponibles pour travailler" en cas de situation d'urgence.

Le lieu où les pompiers prennent du temps de disponibilité

Dans tous les États membres de l'UE, tous les services d'incendie et de secours/services d'urgence civile fournissent une capacité de réponse opérationnelle en cas d'urgence, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an. Dans les grandes villes, cette réponse d'urgence sera principalement assurée par des pompiers à plein temps (dans certains cas, elle sera complétée par des pompiers à temps partiel et des volontaires), et dans les petites villes, les communautés rurales et les villages, le service de réponse d'urgence sera assuré par des pompiers à temps partiel et des volontaires.Les pompiers peuvent être tenus de rester sur leur lieu de travail, mais être en mesure de se reposer ou de dormir dans le cadre du service d'intervention d'urgence ; les pompiers peuvent se reposer dans un endroit situé à l'intérieur du périmètre mais séparé de la caserne, et être immédiatement disponibles pour répondre à un appel d'urgence ; les pompiers peuvent se reposer loin de la caserne, à leur domicile ou ailleurs, mais être également disponibles pour répondre immédiatement à un appel d'urgence.Le facteur clé dans tous ces cas est que le pompier n'est pas tenu d'entreprendre un travail et qu'il peut se reposer et dormir, mais il doit être disponible et capable de répondre à un appel d'urgence ; la différence est l'endroit où le pompier peut prendre ce repos ; il peut être dans la caserne, il peut être loin de la caserne mais dans les limites de la caserne ou il peut être à la maison du pompier ou ailleurs.Les membres de la FEU s'accordent généralement à dire que si le pompier n'est pas tenu de travailler et qu'il peut se reposer et dormir, ces heures ne doivent pas être classées comme temps de travail au titre de la WTD et ne doivent pas constituer des heures de travail pour le calcul de la semaine de travail maximale de 48 heures.

Le cumul des heures pour les pompiers qui ont d'autres emplois

De nombreux sapeurs-pompiers ont un autre emploi rémunéré. Certains pompiers à temps plein ont un autre emploi rémunéré pendant leurs jours de congé ; cela n'est pas différent d'autres secteurs où les employés qui ont un emploi à temps plein pendant la journée peuvent conduire un taxi ou travailler dans un bar pendant leur temps libre.De nombreux pompiers à temps partiel ou volontaires ont un emploi à temps plein en dehors du Service d'incendie et de secours/Service d'urgence civile. Dans ce cas, les pompiers à temps partiel ou volontaires peuvent travailler environ 40 heures par semaine avec leur emploi à temps plein, et dans certaines circonstances, ils peuvent dépasser ce nombre d'heures s'ils font des heures supplémentaires.Les pompiers à temps partiel ou volontaires sont tenus de participer à des séances de formation régulières avec leur service d'incendie et de secours/service d'urgence civile ; ils peuvent être tenus de se rendre à leur caserne de pompiers locale pour entretenir leur équipement et ils devront répondre à des appels d'urgence. Les pompiers à temps partiel ou volontaires travaillent un nombre d'heures variable, mais si ces heures sont ajoutées à leur emploi à temps plein, le total peut dépasser 48 heures par semaine.De même, les pompiers à temps plein peuvent travailler environ 40 heures par semaine pour leur service d'incendie et de secours/service d'urgence civile et peuvent également travailler plus de 10 heures par semaine dans un autre emploi, par exemple en conduisant un taxi, en travaillant dans un bar, etc.La WTD n'est pas claire sur le cumul des heures si un employé a plus d'une forme d'emploi rémunéré, sur la personne responsable de la compilation des heures qu'un employé peut travailler s'il a plus d'un employeur et sur les conséquences d'un cumul des heures dépassant 48 heures dans de telles circonstances.La FEU souhaite préciser au Commissaire que la capacité des services d'incendie et de secours et des services d'urgence civile dans l'UE dépend d'un mélange de pompiers à temps plein, à temps partiel et volontaires. Toute restriction sur la capacité des pompiers à avoir plus d'un employeur et à dépasser 48 heures lorsque tous les emplois sont cumulés, aurait un impact significatif sur l'efficacité opérationnelle de tous les services d'incendie et de secours et des services d'urgence civile, dans tous les États membres.

Responsabilité des employeurs lorsque les pompiers ont plus d'un emploi

Ce point est lié au commentaire précédent dans les circonstances où les pompiers ont plus d'un emploi. Dans de telles circonstances, un pompier peut dépasser 48 heures par semaine sans qu'aucun des employeurs individuels ne soit au courant de ce fait. Si un pompier a plus d'un employeur et que toutes les heures de travail doivent être agrégées aux fins de la DRE, cela présentera sans aucun doute des difficultés importantes pour un enregistrement correct et efficace des heures.Cela pourrait amener les employeurs de pompiers à temps partiel et de pompiers volontaires à ne plus autoriser leur personnel à effectuer des tâches de lutte contre l'incendie et de services d'urgence pendant leur temps libre, ou cela pourrait amener les employeurs à limiter les heures que leur employé peut consacrer aux activités de lutte contre l'incendie et de secours.

[1] Réunion avec le Cabinet de la Commissaire Marianne Thyssen - 29 juin 2015 Le CTIF accompagné de la

Fédération de l'Union européenne des officiers de pompiers Arbeitsgemeinschaft der Leiter der Berufsfeuerwehren et Fédération Nationale Sapeurs Pompiers de France.

[2]http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:62015CJ0518

[3] La ville wallonne belge au sud de Bruxelles.

[4] Motion du Sénat du 26 septembre 2019

CTIF News Logo

European firefighters Graph

Tore Eriksson, President of CTIF

Cordialement,

Tore Eriksson,

Président du CTIF

CTIF News Logo