fr
Select language
BC forest fire
23 Aug 2018

"La négligence du gouvernement est responsable du chaos provoqué par les incendies de forêt - pas seulement des vagues de chaleur et du changement climatique".

fr
Select language

" Le changement climatique n'est pas responsable de la terrible situation de la Colombie-Britannique en matière d'incendies de forêt - le gouvernement l'est.... Malgré les avertissements, le gouvernement n'a pas investi dans des mesures visant à réduire les risques d'incendies de forêt ".

Alors que 600 incendies de forêt brûlent dans les forêts de la province, un article de la revue TheTyee.ca questionne la façon dont le gouvernement canadien de la Colombie-Britannique a atteint ses objectifs lorsqu'il s'agit de nettoyer le combustible mort de la forêt et de faire les brûlages dirigés qu'ils savent nécessaires pour prévenir les feux de forêt.

Bill Tieleman soulève la question suivante dans son article: N'est-il pas trop facile d'accuser le changement climatique d'être responsable de l'escalade actuelle des incendies de forêt ?

"Le gouvernement libéral a honteusement et négligemment refusé de prendre les mesures nécessaires pour prévenir les feux d'interface hors de contrôle qui ont dévasté ou menacé des communautés de la Colombie-Britannique", écrit Tieleman dans son article :

"Ils ont ignoré les recommandations clés de l'examen Firestorm 2003 de l'ex-premier ministre du Manitoba Gary Filmon, refusant de prendre les mesures nécessaires pour éliminer les combustibles forestiers dangereux qui provoquent des brasiers."

Combien de feux de forêt sont réellement dus à la négligence ? Et combien sont commodément attribués aux récentes vagues de chaleur ?

Et si les groupes environnementaux clament haut et fort que les incendies sont causés par le changement climatique, cela ne permet pas de rejeter la faute sur qui de droit, selon Bill Tieleman :

"Le changement climatique est-il un facteur ? Bien sûr. Mais le changement climatique est une préoccupation depuis avant la tempête de feu de 2003 à Kelowna, et n'était pas un facteur dans la pire saison des feux de la Colombie-Britannique en 1958, lorsque 8 560 kilomètres carrés de forêt ont été détruits."

8 millions de dollars en coûts de prévention contre 182 millions de dollars en coûts d'intervention en cas de feu de forêt

Selon Tieleman, sur 10 ans, entre 2006 et 2015, le gouvernement de la Colombie-Britannique n'a dépensé que 8 millions de dollars par an pour éliminer les combustibles de seulement 80 000 des 685 000 hectares de terres forestières à haut risque qui nécessitent une intervention urgente. Dans le même temps, la lutte contre les feux de forêt a coûté en moyenne 182 millions de dollars par an au gouvernement de la Colombie-Britannique.

La fumée étouffante a recouvert la C.-B. et au-delà pendant des semaines au cours des deux dernières années ; des milliers de personnes ont été évacuées ; des maisons et des entreprises ont été détruites ; du bétail a été tué ; le tourisme a été dévasté ; et plus encore.

"Bien que le coût de la gestion du combustible puisse sembler élevé, la recherche a montré qu'en général, les investissements dans l'atténuation des risques coûtent moins cher que les feux de forêt, si l'on tient compte de tous les coûts directs, indirects et supplémentaires des feux de forêt. L'argent dépensé pour l'atténuation des risques par le biais d'un programme efficace de gestion du combustible d'interface devrait réduire les impacts sociaux, économiques et environnementaux sur les communautés. Parmi ces impacts, on peut citer les problèmes de santé causés par la fumée, les perturbations de l'industrie touristique, les pertes de biens et les dommages aux bassins versants, entre autres."

"La prévention [des incendies de forêt] est toujours plus productive et rentable que la réponse après coup." - Conseil des pratiques forestières de la Colombie-Britannique, 2015.

Photo de couverture par le gouvernement de la Colombie-Britannique