fr
Select language
Fire at an election office in Bagdad.
11 Jun 2018

Un incendie a détruit un bureau électoral en Irak - mais les bulletins de vote auraient été sauvés.

fr
Select language

Un entrepôt où étaient stockés les bulletins de vote déposés a brûlé en Irak. Le président du parlement exige maintenant que l'élection entière soit refaite - mais selon le ministre de l'intérieur, les bulletins de vote ont échappé au feu.

Le Parlement irakien a décidé en début de semaine que tous les votes des élections irakiennes du 12 mai devaient être recomptés. Selon la décision, le décompte des bulletins de vote - près de onze millions de votes dans tout le pays - doit être effectué à la main.

La décision est fondée sur des accusations de fraude électorale.

L'incendie a touché un entrepôt à Rusafa, dans l'est de Bagdad, où étaient stockés des bulletins de vote non encore comptés. Le Premier ministre Haider al-Abadi décrit l'incendie comme un acte criminel qui constitue un complot contre la démocratie irakienne dans le but de nuire à la nation.

Dans une déclaration, il affirme que toutes les mesures nécessaires seront prises, et qu'une enquête sera menée sur ce qui se cache derrière l'incendie.

Selon le ministre de l'Intérieur, Qasim al-Araji, "pas une seule boîte" de bulletins de vote n'a brûlé. Un porte-parole a déclaré plus tôt que le feu s'était déclaré dans l'un des quatre entrepôts du site. La télévision d'État a rapporté comment les pompiers se sont éloignés du feu pour se rendre dans un autre endroit sous haute surveillance.

Le charman du Parlement, Salim Al-Jabouri, qui a perdu son mandat lors des élections de mai, a déclaré plus tôt qu'il souhaitait désormais que l'ensemble des élections soient disqualifiées et qu'une nouvelle élection entièrement nouvelle soit organisée en Irak.

"Le crime consistant à brûler un entrepôt contenant des bulletins de vote dans la région de Rusafa était un acte délibéré, un crime planifié destiné à dissimuler la fraude, la fausseté et le mensonge au peuple irakien et à modifier ses choix et ses souhaits", a-t-il déclaré.

Lors de cette élection, le leader chiite Muqtada al-Sadrs a remporté la victoire. Après l'élection, les résultats ont été remis en question, entre autres, dans la ville pétrolière controversée de Kirkouk.