fr
Select language
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kernkraftwerk_Saporischschja.JPG
07 Sep 2022

Le monde pourrait être au bord d'une très grande catastrophe nucléaire, selon l'AIEA

fr
Select language

"Nous jouons avec le feu et quelque chose de très, très catastrophique pourrait avoir lieu".

Rafael Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a tenu un discours devant les Nations unies ce mardi. Il a présenté le rapport de son agence sur les dommages critiques et les failles de sécurité à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia en Ukraine, selon plusieurs médias internationaux.

Selon un article de Fox News, le directeur de l'AIEA a déclaré mardi 6 septembre que "le premier pilier important de la sécurité qui existe dans toute installation nucléaire est de ne pas violer son intégrité physique..... Et malheureusement... cela s'est produit. Cela s'est produit et cela continue de se produire. L'attaque physique, volontaire ou involontaire - les coups que cette installation a reçus et que j'ai pu personnellement voir et évaluer avec mes experts - est tout simplement inacceptable."

Les remarques de M. Grossi interviennent le jour même où l'AIEA a publié un rapport documentant les dommages infligés à la centrale depuis le début de la guerre entre la Russie et l'Ukraine au printemps de cette année.

Selon un article de Newstalk.com, l'Agence internationale de l'énergie atomique a exigé la fin urgente des combats autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, avertissant les soldats ukrainiens qu'ils "jouent avec le feu".

L'AIEA a effectué une inspection du site la semaine dernière et. L'organisation refuse de rejeter la faute sur l'une ou l'autre des parties au conflit, mais exhorte plutôt les deux parties à établir une zone de sécurité nucléaire autour de l'installation.

La centrale serait très différente de celle de Tchernobyl, et les systèmes de sécurité sont donc beaucoup plus modernes et sophistiqués. Les raisons d'une fusion seraient très différentes, et une défaillance peut probablement être évitée tant qu'aucune autre agression physique n'est dirigée contre la centrale.

Norma O'Mahony, ingénieur en sûreté nucléaire, a déclaré à Newstalk que les risques majeurs qui pèsent sur la centrale à l'heure actuelle sont liés au fait que les systèmes de sécurité de la centrale dépendent de l'électricité :

"Il faut de l'électricité pour faire fonctionner ces systèmes de sécurité et s'assurer que l'on peut continuer à pomper l'eau dans le réacteur et l'évacuer pour le maintenir froid... le refroidissement est ce qui empêche une fusion nucléaire", a-t-elle déclaré.

Selon un article de VoaNews.com, les inspecteurs de l'AIEA ont trouvé des troupes et des équipements russes à l'intérieur, y compris des véhicules militaires garés près des turbines. Ils ont également jugé préoccupante la situation du personnel, qui travaille "sous un stress et une pression élevés et constants", ce qui, selon eux, pourrait conduire à des erreurs humaines.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré que "toutes les mesures doivent être prises pour éviter" d'endommager la centrale, affirmant au conseil que cela "pourrait être une catastrophe" à la fois pour la région et pour les zones situées au-delà.

"Tous les efforts pour rétablir la centrale en tant qu'infrastructure purement civile sont vitaux", a-t-il déclaré.

Crédit photo (ci-dessus) : Licence Wikipedia Commons. Photo prise le 10 juillet 2009. AuteurRalf1969
Deux centrales électriques à Enerhodar, à environ 50 km de Zaporozhye en Ukraine, vues de l'autre côté du réservoir de Kakhovka sur le fleuve Dniepr. Photo prise depuis la rive de "Nikopol". La centrale la plus proche est la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, la plus grande centrale nucléaire d'Europe, composée de deux tours de refroidissement (l'une largement masquée par l'autre) à gauche et de 6 bâtiments abritant des réacteurs VVER. Le grand bâtiment situé entre les tours de refroidissement et les réacteurs, ainsi que les deux hautes cheminées, se trouvent à la centrale thermique de Zaporizhzhia, à environ 3 km au-delà de la centrale nucléaire.