fr
Select language
Burn victim and firefighter. Photo: Eglin Air Force Base
27 Mar 2018

Traitement des brûlures : Un refroidissement prolongé réduit les chances de survie

fr
Select language

Dans cet article, le membre associé du CTIF IFA - International Fire Academy - discute de la manière dont les victimes de brûlures doivent être traitées avec Johannes Horter, un expert allemand du traitement des brûlures et chirurgien plastique reconstructeur.

Comment traiter les brûlés en attendant l'arrivée des secours ? Et qu'est-ce qui est important pour les pompiers s'ils souffrent eux-mêmes d'une brûlure ? Les informations sur ce sujet sont données par Johannes Horter, depuis 2014 chef du département de chirurgie de la main, plastique et reconstructive, et du centre de soins intensifs pour les brûlures à l'hôpital BG de Ludwigshafen.

 

CTIF NEWS LOGO

Par IFA, membre associé du CTIF

 

Burn victim treatment. Photo: IFA

 

Monsieur Horter, lors du 2e symposium sur la protection civile et la médecine d'urgence à Stuttgart à la fin de l'année dernière, vous avez abordé les sujets des brûlures et de leur traitement. Que doivent faire les pompiers lorsqu'ils donnent les premiers soins à une victime souffrant de brûlures ?

Johannes HorterJohannes Horter : Les informations que je donne ici ne concernent pas tant la question de savoir ce que les ambulanciers professionnels d'un service d'incendie peuvent faire, mais plutôt ce que les pompiers peuvent faire pour soutenir le service de secours médical. Cela dépend bien sûr fortement de la situation de l'incident. Partons donc du principe que des soins médicaux individuels peuvent être dispensés et qu'il y a suffisamment de pompiers sur place.

Dès que les vêtements en feu sont éteints, il faut retirer tout ce qui peut encore servir d'accumulateur de chaleur et, par exemple, s'évaporer ou libérer de la chaleur et qui est facile à enlever. Si les vêtements adhèrent au corps, il faut découper cette zone. Ensuite, il est important de protéger le patient contre tout refroidissement supplémentaire et de l'encourager jusqu'à l'arrivée d'une aide médicale adéquate. Bien entendu, comme pour tout premier secours, les fonctions vitales doivent être contrôlées régulièrement et, le cas échéant, des mesures appropriées doivent être prises.

Les pompiers de longue date se souviennent avoir refroidi les victimes de brûlures. À quoi devrait ressembler la pratique d'aujourd'hui ?

Johannes Horter : Au milieu des années 1990, on pouvait encore trouver le sujet du refroidissement dans la littérature médicale. Après des brûlures graves, les médecins urgentistes faisaient rincer et refroidir le patient allongé sur un brancard avec une lance à incendie. Aujourd'hui, nous savons que lorsque les vêtements sont éteints et en grande partie retirés, il n'y a plus d'augmentation de la température des couches dermiques supérieures. Le refroidissement n'est pas un avantage - mais il peut entraîner de graves complications : l'hypothermie.

Il est absolument nécessaire de prévenir le patient de l'hypothermie. Si les patients sont amenés dans un centre pour grands brûlés en état d'hypothermie, à partir d'une température corporelle inférieure à 36 °C, cela a une influence mesurable sur le pronostic, c'est-à-dire la gravité de la maladie, l'évolution dans les heures suivantes et la survie du patient. Nous recommandons donc que le refroidissement des brûlures de petite surface, par exemple sur la main, soit limité à la réduction de la douleur et soit recommandé aux amateurs plutôt qu'aux professionnels de la santé.

 

Photo: tunnelfire.info / IFA
Photo: tunnelfire.info / IFA

 

Quel impact cela a-t-il sur le traitement initial des patients par les pompiers, par exemple lors d'un incident dans un tunnel avec de longues voies de secours ?

Johannes Horter : Après le sauvetage de la zone dangereuse immédiate, les plaies doivent être couvertes de manière stérile et sèche. En principe, il faut éviter d'appliquer des pommades, des poudres ou même des bandages réfrigérants. Le patient doit au moins être protégé par une couverture d'urgence contre les courants d'air et un refroidissement supplémentaire. Si les distances de transport sont longues, les couvertures auto-chauffantes sont une bonne mesure. L'aide de secours doit toujours être préchauffée lors du traitement de brûlures majeures, et pendant le transport, une mesure de la température du patient doit être effectuée, afin de pouvoir documenter et influencer l'effet de la rétention de chaleur.

 

Photo: Indira Gandhi Children's Hospital Burn Ward
Photo: Indira Gandhi Children's Hospital Burn Ward

 

Le refroidissement des petites brûlures doit-il également être évité ?

Johannes Horter : Chacun d'entre nous le fait : si nous avons, par exemple, touché un fer à repasser ou une casserole chaude avec la main, nous courons d'abord vers le robinet d'eau et refroidissons la zone de la peau concernée. Cela n'est pas du tout dangereux, tant que le patient est conscient et éveillé, qu'il peut évaluer la température, qu'il ressent le traitement comme agréable et qu'il ne commence pas à frissonner. En général, nous observons ce comportement chez les patients dont les brûlures sont gérables. À titre de référence, nous disons : dans le cas d'un adulte, les brûlures représentant jusqu'à 5 à 10 % de la surface de la peau peuvent être refroidies localement dans les conditions indiquées avec un liquide clair, à température normale et sans pression. L'eau glacée ou les sacs de glace sont toujours à éviter.

Comment peut-on imaginer l'étendue d'une brûlure de 10 % ?

Johannes Horter : On peut le supposer, par exemple, si les blessures couvrent la face inférieure des deux bras ou un bras complet.

Les pompiers doivent-ils aujourd'hui s'attendre à recevoir l'ordre d'un médecin de refroidir un patient ?

Johannes Horter : La probabilité qu'un collègue travaillant comme médecin urgentiste ait à traiter régulièrement des brûlures graves est quasi nulle. Il existe une certaine incertitude dans les services de secours et chez les médecins urgentistes. On ne peut y répondre qu'en proposant régulièrement des informations et des formations. C'est ce que nous faisons régulièrement ici à Ludwigshafen, tout comme les autres centres médicaux.

Quand les pompiers doivent-ils consulter un médecin s'ils ont subi des brûlures lors d'une intervention ?

Johannes Horter : Tout d'abord, une remarque préliminaire : les pompiers qui sont soumis à la loi allemande sur l'assurance accident sont assurés par l'association d'assurance responsabilité civile des employeurs. Ils doivent avoir tout intérêt à présenter, documenter et traiter avec tous les moyens disponibles toute lésion thermique susceptible d'affecter leur capacité de travail. Il ne sert à rien, par exemple, de vouloir traiter une brûlure de la main à domicile pendant 14 jours, jusqu'à ce qu'une cicatrice se forme, ce qui pourrait ensuite altérer considérablement la fonction de la main.

Pouvez-vous donner des indications concrètes sur le moment où un traitement est nécessaire ?

Johannes Horter : Comme on le sait, on distingue différents degrés de gravité de la brûlure. Le premier degré est similaire à un coup de soleil. Des rougeurs et des douleurs apparaissent, et la guérison est généralement sans conséquences s'il n'y a pas de dommages thermiques à grande échelle.

Lorsque des cloques se forment, il s'agit d'une brûlure du second degré. Dans ce cas, un traitement spécial de la plaie et une surveillance régulière sont nécessaires. Un profane ne peut pas juger si la plaie sous-jacente à la cloque a encore son propre potentiel de régénération et si un traitement opératoire est nécessaire. Je recommande également, pour les brûlures mineures du second degré, de consulter un médecin de transit ; il s'agit généralement de chirurgiens spécialisés, comme les chirurgiens plasticiens, les chirurgiens de la main ou les traumatologues. Dans le cas d'une blessure d'origine professionnelle, un médecin de transit doit être consulté pour décider si un traitement supplémentaire dans un centre pour brûlés est nécessaire.

Pour toutes les brûlures plus graves, c'est-à-dire lorsque des cloques sont formées avec un relâchement de la peau, je recommanderais de contacter directement une clinique spécialisée ; cela s'applique en particulier lorsque des zones sont concernées qui sont importantes sur le plan esthétique ou fonctionnel. Je recommande de contacter un centre de brûlures en cas de brûlures des mains, des pieds, du visage et de la zone anogénitale, en cas de brûlures d'origine chimique ainsi qu'en cas d'électrotraumatismes importants, c'est-à-dire de brûlures causées par la foudre ou des arcs électriques.

Lorsque plus de 5 % sont couverts de brûlures au troisième degré, il faut dans tous les cas contacter un centre de brûlés. Les brûlures du troisième degré sont typiquement blanches-pâles, voire carbonisées ou noires de suie.

 

Par :

Johannes Horter (* 1973) a étudié la médecine humaine à la Ruprecht-Karls-Universität de Heidelberg. Il a travaillé entre autres à la Harvard Medical School à Boston (USA), à l'hôpital de Lachen (CH) et depuis 2009 à l'hôpital BG Ludwigshafen de l'assurance accident légale. En tant que chef du département de chirurgie de la main, plastique et reconstructive et du centre de soins intensifs pour les brûlés, il se concentre sur les soins intensifs, la médecine d'urgence et la gestion des urgences intra-hospitalières.