fr
Select language
Photo of the burning ship by the Swedish Coast Guard
13 Dec 2021

Un navire en feu est remorqué vers le port de Göteborg, malgré les craintes de fuites dangereuses et d'explosions possibles.

fr
Select language

En raison des conditions difficiles de lutte contre l'incendie en mer, le cargo en feu près de Göteborg a été remorqué vers le port de Göteborg au cours du week-end. Le port de Göteborg n'était pas d'accord avec cette décision, en raison des risques d'explosion et de fuites dangereuses.

La décision a été prise jeudi soir malgré le fait que le "Port de Göteborg" ne considérait pas qu'il s'agissait de la meilleure alternative.

Les garde-côtes ont eu des difficultés à gérer les efforts de lutte contre l'incendie en mer, en raison des vents violents et des températures glaciales, qui ont fait geler l'eau d'extinction et provoqué le dysfonctionnement des canons à eau.

Le cargo Almirante Storni brûle depuis le premier week-end de décembre et est ancré près de l'île de Vinga, dans l'archipel de Göteborg.

Jusqu'à ce que le navire soit remorqué à terre, les 17 membres de l'équipage sont restés à bord, aidés par des pompiers spécialement formés, prêts à évacuer le navire si l'incendie se propageait davantage dans les quartiers d'habitation.

En mer, les autorités ont interrogé les membres de l'équipage sur une éventuelle négligence criminelle de la part de l'équipage ou des propriétaires. Plusieurs problèmes de sécurité liés au navire auraient été signalés lors d'une récente inspection au Royaume-Uni.

Pour en savoir plus sur cet incendie de navire, lire un article précédent sur CTIF.org.

Il y a des risques, quoi que vous fassiez : Le laisser brûler en mer pourrait le couler - le remorquer pourrait risquer une explosion dans le port.

Pour pouvoir éteindre l'incendie et accéder aux feux qui couvent à l'intérieur de la cargaison, les garde-côtes estiment que le bois doit être soulevé du navire afin d'accéder au foyer de l'incendie. Si l'on ne parvient pas à éteindre complètement l'incendie, celui-ci pourrait se propager à d'autres parties du navire, voire provoquer des explosions et des fuites de matières dangereuses.

Selon Jonas Grevstad, chef des garde-côtes de Göteborg, de puissants feux de braise brûlent à l'intérieur de la cargaison, et ceux-ci pourraient commencer à se comporter de manière erratique, voire faire couler le navire si on les laisse se poursuivre. Il estime donc qu'il serait préférable que le navire soit déplacé vers un quai du port de Göteborg afin que la cargaison puisse être retirée en toute sécurité.

Elvir Dzanic, PDG du port de Göteborg, n'est pas d'accord :

"Notre évaluation est que ce n'est pas la meilleure solution, cela augmente le risque de dommages supplémentaires et, dans le pire des cas, d'explosions de marchandises dangereuses", a-t-il déclaré à la télévision suédoise (SVT.se).

M. Dzanic estime que d'autres ports sont mieux adaptés, comme Varberg ou Uddevalla.

Les garde-côtes ne sont pas d'accord avec cette évaluation et estiment que remorquer le navire plus loin sur la côte ne ferait qu'augmenter le risque que le feu se propage à l'intérieur de la cargaison et que le navire coule en mer.

Il a déjà été déterminé que si le cargo coulait, il y aurait une catastrophe environnementale dans la région.

Outre le bois, le navire transporte d'autres types de marchandises, dont certaines sont dangereuses. Selon les garde-côtes, il n'est donc pas possible de vider le navire et de le laisser brûler en mer :

"Même si nous vidons le pétrole qui se trouve dans le navire, il en restera de grandes quantités et l'impact environnemental sera important si le navire coule".

Les opérations des garde-côtes ont été confiées aux services d'incendie locaux dans le port.

L'effort gouvernemental de sauvetage environnemental en mer est maintenant transféré à un effort de sauvetage municipal au port. Le service de sauvetage coordonnera ses efforts avec l'opération prévue à terre. Le service de sauvetage doit également disposer d'un plan pour le cas où l'incendie se propagerait davantage dans le navire.

"C'est une opération compliquée à planifier parce que nous ne connaissons pas vraiment les conditions", a déclaré Per Nyqvist, chef du service desauvetage du Grand Göteborg.

Lorsque le navire est amarré au quai, le chargement doit être déchargé du navire, afin d'accéder au foyer de l'incendie de manière plus efficace.

Pendant le transport, les garde-côtes continueront à pulvériser de l'eau sur la cargaison de bois à bord.

"Le pire scénario est que l'incendie se propage d'une manière ou d'une autre. Mais notre évaluation et nos analyses de risques indiquent que cette éventualité est plutôt improbable", déclare Fredrik Tyrén, de la Garde côtière.

Le vraquier brûle depuis plus d'une semaine.

"Nous avons de nombreux remorqueurs civils qui ont été impliqués depuis le début et, de leur point de vue, ce n'est pas une opération compliquée. Ce qui est compliqué, c'est que nous avons un incendie à bord qui doit être refroidi pendant que le navire est remorqué", explique Jonas Grevstad à SVT.se.

Au port de Göteborg, le personnel se préparait à accueillir le navire au poste d'amarrage 615 , dont la profondeur est suffisante pour recevoir l'Almirante Storni, qui dépasse de dix mètres sous la surface de l'eau,.

"Il n'est pas souhaitable de faire entrer un navire en feu dans un port, au contraire, on veut s'en débarrasser. Mais vu les circonstances, nous ferons tout ce que nous pouvons", déclare Erik Waller, capitaine adjoint du port de Göteborg.

Thermal image of the burning ship provided by the Swedish Coast Guard