fr
Select language
Firefighters helping a resident out from a building destroyed by bombs in spring 2022. Photo provided by the Ukraine State Emergency Services.
21 Sep 2022

Sous le feu - Un reportage spécial sur les premiers intervenants en Ukraine

fr
Select language

Même s'ils ne sont pas en première ligne de l'action militaire, ils sont sous la menace constante d'une attaque. Tout le travail qu'ils font est effectué en mettant constamment leur vie en danger...

Un haut responsable du service d'urgence de l'Ukraine s'est entretenu ce printemps avec le NFPA Journal sur les réalités auxquelles sont confrontés les pompiers dans les zones de guerre.

Interview réalisée et éditée par Jesse Roman / NFPA Journal.
L'interview a été réalisée lors d'une réunion spéciale facilitée par l'aide du CTIF. Le résultat a été cet article, publié dans l'édition d'été du NFPA Journal, que nous avons aimablement été autorisés à republier. L'article est reproduit ici avec l'autorisation du NFPA Journal. Pour voir l'article original et les photos qui l'accompagnent, veuillez consulter le NFPA Journal en ligne.

Il n'y a pas si longtemps, des villes comme Kiev, Kharkiv, Mariupolet Bucha n'étaient que des points sur la carte, des lieux lointains avec lesquels la plupart d'entre nous n'avaient aucun lien et dont nous ne savions rien ou presque. Aujourd'hui, ces villes et bien d'autres en Ukraine sont devenues des noms familiers, des rappels constants de la guerre et de la brutalité.

Depuis la fin février, lorsque la Russie a lancé une invasion à grande échelle de son voisin occidental, les images de la destruction en Ukraine sont devenues incontournables et de plus en plus horribles. On peut y voir des horizons urbains délimités par des tours résidentielles noircies et bombardées, des femmes enceintes piégées sous les décombres d'une maternité à la suite d'une attaque de missiles, une centrale nucléaire engloutie par le feu après une attaque russe, et les corps de civils morts laissés face contre terre sur une route de campagne à la suite d'un retrait des forces russes.

Mais d'autres images sont apparues, qui illustrent la résilience et la persévérance d'une nation qui se bat contre un agresseur plus grand et mieux équipé. Nombre de ces images comportent même une étincelle d'inspiration : des sauveteurs du service d'urgence de l'État ukrainien (SES) risquant leur vie pour en sauver d'autres.

Le service d'urgence ukrainien, qui compte 60 000 intervenants dans tout le pays, travaille depuis deux mois dans des conditions inimaginables. Ils combattent les incendies, fouillent les décombres des bâtiments en ruine à la recherche de survivants, déminent les terrains et récupèrent les morts, tout en subissant les tirs et les bombardements des forces russes.

Plus de 30 membres ont été tués au combat depuis le début de la guerre, selon le SES. Au moins cinq membres des forces armées ont été faits prisonniers et près de 100 ont été blessés.

L'énormité de leur tâche ne peut être surestimée. À la mi-avril, au moins 75 000 structures civiles ont été détruites par les bombardements à travers le pays, dont des dizaines de milliers de résidences et des centaines d'écoles, d'hôpitaux, de bibliothèques et de bâtiments culturels, selon l'École d'économie de Kiev, qui suit les dommages.

Au 18 avril, les Nations Unies avaient confirmé la mort de près de 2 000 civils ukrainiens, bien que le nombre réel, admet l'organisation, soit "probablement beaucoup plus élevé." En effet, des responsables régionaux ont affirmé que jusqu'à 22 000 civils pourraient avoir déjà péri dans la seule ville de Mariupol, qui a été dévastée.

Le 20 avril, Jesse Roman, rédacteur de la NFPA, s'est entretenu avec un haut responsable du SES, le général Volodymyr Demchuk, directeur du département des interventions d'urgence du service, lors d'une interview facilitée par le réseau de l'Association internationale des services d'incendie (CTIF). Le coordinateur de la communication du CTIF, Bjorn Ulfsson, était présent lors de la réunion en ligne pour représenter le CTIF.

Le général Demchuk s'est exprimé par l'intermédiaire d'un traducteur depuis un studio de la ville de Lviv , dans l'ouest de l'Ukraine . La conversation a été modifiée pour plus de clarté.

Merci de me parler. Quelle est la situation actuelle des services d'urgence de l'État ukrainien ?

"Notre pays est composé de 25 régions. Hier [19 avril], trois de ces régions ont été touchées par des missiles des occupants. Chaque jour, au moins deux régions de notre pays sont frappées par les forces russes. Nous avons environ 300 unités impliquées dans la réponse aux urgences quotidiennes, qui incluent malheureusement des frappes de missiles sur de nombreuses structures civiles ainsi que sur d'énormes installations industrielles. Tous nos sauveteurs et membres du service sont en service tous les jours et ce, depuis le début".

Quels rôles jouent les sauveteurs du SES dans la réponse à la guerre ?

"Depuis le 24 février, date du début de l'invasion à grande échelle par les forces russes, nous avons éteint plus de 6 600 incendies résultant de la guerre. Outre la lutte contre les incendies, nous avons été désignés pour démanteler les débris et secourir les personnes piégées. Aujourd'hui, des travaux sont en cours dans quatre régions pour rechercher des personnes piégées sous les décombres. Depuis le début de l'invasion, nos services ont secouru plus de 800 personnes. Ils ont également retiré les cadavres de 897 personnes des bâtiments en ruine.

Notre service a également pour mission de déminer, c'est-à-dire d'éliminer les objets explosifs. Au total, depuis le 24 février, nos unités de déminage ont nettoyé plus de 12 000 hectares [46 miles carrés] de territoire en Ukraine et retiré plus de 70 000 pièces de munitions. Malheureusement, le travail de déminage de notre territoire va se poursuivre pendant très longtemps.

Enfin, nos unités apportent une assistance aux citoyens, en leur fournissant de l'eau et de la nourriture, même dans les régions dangereuses."

Quel est le bilan de tout cela pour les intervenants ? À quoi ressemble leur quotidien ?

"Les occupants, en dépit du droit et des conventions internationales, frappent et bombardent nos secouristes et détruisent les bâtiments et les véhicules du SES. Malgré la situation très difficile et les bombardements constants, nos sauveteurs travaillent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Même s'ils ne sont pas en première ligne de l'action militaire, ils sont sous la menace constante d'une attaque. Tout le travail qu'ils accomplissent se fait sous la menace constante de leur vie. Mais nos sauveteurs ont de la résilience et sont toujours prêts à accomplir leur tâche."

On m'a dit que les troupes russes ont spécifiquement ciblé les secouristes ukrainiens. Votre personnel a-t-il été intentionnellement ciblé dans son travail ?

"Les 33 secouristes, au moment où ils ont été tués, remplissaient tous la tâche qui leur avait été assignée. Ils sont morts sous les bombardements et les balles. Cela inclut les sauveteurs qui sont morts en faisant leur travail de déminage. Nous n'avons aucun doute pour affirmer que ces membres du personnel ont été assassinés."

Des casernes de pompiers, des camions et de nombreux autres équipements ont été détruits. Comment ces pertes affectent-elles votre capacité à mener des opérations de sauvetage et d'incendie ?

"Au total, 123 casernes de pompiers ont été détruites à cause de l'invasion russe. Plus de 300 véhicules de pompiers ont été complètement ou partiellement endommagés. Ces pertes ont eu un impact négatif sur notre capacité à remplir nos tâches. Nous continuons malgré tout à faire notre travail, mais nous avons besoin du soutien de nos partenaires internationaux. Nous espérons vivement recevoir ce soutien."

Quels sont vos plus grands besoins en ce moment ?

"Nos besoins prioritaires sont des véhicules pour les unités de déminage. Nous avons également besoin d'équipements tels que des casques et des gilets pare-balles pour équiper nos unités de déminage. En outre, en raison de l'engagement actif de nos unités, nous avons un besoin prioritaire de vêtements de protection pour les pompiers, et nous avons grandement besoin de camions de pompiers.

En raison de la menace constante que la Fédération de Russie utilise des armes chimiques contre l'Ukraine, nous avons un besoin urgent de protection respiratoire et oculaire. Nous avons besoin d'équipements plus récents pour surveiller l'utilisation des armes chimiques."

J'ai lu que des centaines de personnes à travers le pays se sont portées volontaires pour aider SES. Combien de personnel avez-vous aujourd'hui, par rapport au début de la guerre ?

"Aujourd'hui, les effectifs du Service d'urgence d'État de l'Ukraine s'élèvent à environ 60 000 sauveteurs. En outre, au cours des deux dernières semaines, plus de 10 000 volontaires ont manifesté leur désir de nous aider à faire ce travail. Et nous travaillons à augmenter le nombre d'unités de déminage."

Après plus de sept semaines de réponse à des incidents horribles au milieu d'une zone de guerre, comment décririez-vous le moral général du service d'urgence de l'État ukrainien aujourd'hui ?

"Nos sauveteurs sont prêts à accomplir chaque tâche assignée malgré le danger pour leur vie. Ils sont totalement prêts. Tous les secouristes se trouvent à l'endroit qui leur a été désigné et continuent à accomplir leurs tâches. Chacun d'entre eux comprend que chaque contribution qu'il apporte est une partie de la contribution générale à l'existence continue de notre pays."

La logistique opérationnelle de la coordination d'une intervention aussi vaste et complexe dans un pays aussi vaste semble décourageante. Comment avez-vous géré la situation ?

"Malgré les défis, la gestion de notre système est stable. Nous sommes en communication constante avec nos organes de gestion et nos unités, et si une interruption de la communication se produit, nous faisons de notre mieux pour rétablir la ligne de communication. Sur le plan logistique, dans le territoire sous contrôle de l'armée ukrainienne, nous ne sommes pas confrontés à de gros problèmes. En revanche, dans le territoire occupé par les Russes, nous ne sommes pas en mesure de faire venir du matériel ou du personnel supplémentaire."

SES a déclaré que pas moins de 3500 intervenants ukrainiens se trouvent actuellement dans les territoires occupés par la Russie. Êtes-vous en contact avec eux ? Ont-ils été autorisés à poursuivre leur travail ?

"Oui, nous sommes en contact avec beaucoup de ces unités, mais pas toutes. D'après les informations que nous recevons des unités, elles ne sont pas toujours autorisées à remplir leurs fonctions. Il y a également de nombreux cas où la Russie a capturé et pris nos véhicules."

Vous avez mentionné les besoins urgents que vous avez en camions et en équipements. Avez-vous commencé à voir les gouvernements et les organisations d'aide fournir ces équipements, ou attendez-vous toujours ?

"Nous avons déjà reçu un certain soutien et la livraison de marchandises de la part de nombreux partenaires internationaux. Les partenaires européens et les membres de l'Union européenne sont probablement les plus actifs."

Les intervenants du monde entier ont porté une attention particulière à la situation en Ukraine et aux efforts de votre organisation. Comment peuvent-ils aider SES ?

"Je vous demande de ne pas cesser de soutenir l'Ukraine, car nous en avons grandement besoin en ce moment. Je tiens à exprimer ma gratitude pour tout le soutien que nous recevons de la communauté internationale, y compris l'aide des volontaires des États-Unis qui travaillent dans la région de Kiev pour démanteler les débris. Un tel soutien nous donne le sentiment que nous allons gagner. Ce n'est qu'avec l'aide et le soutien de la communauté internationale que nous pouvons gagner."

(Les chiffres mentionnés dans cet article reflètent les données officielles de la fin du printemps 2022. Les chiffres actuels sont naturellement plus élevés à mesure que la guerre progresse).

Le crédit du NFPA Journal est accordé au CTIF pour l'aide apportée à cet article :

Cette interview a été rendue possible grâce au soutien logistique de l'Association internationale des services d'incendie et de secours (CTIF), une organisation mondiale dont la mission est d'œuvrer pour mieux comprendre et améliorer en permanence les conditions de travail des pompiers dans le monde entier.

Lire l'article original dans le NFPA Journal ici